I love cinema

Accueil du site > Répliques cultes de films > Les visiteurs : répliques cultes (dialogues)

Les visiteurs : répliques cultes (dialogues)

lundi 23 juillet 2007, par Thibault Lebert


Voir en ligne : Photos de Jean Reno, Christian Clavier & 10 000 stars

Listen to Radio Cinema on your tablet or cell phone / Ecoutez Radio Cinéma :

http://listen.radionomy.com/radiocinema.m3u

© www.theatreetcinema.fr


Megan Fox, Transformers 3 interview www.ILOVECINEMA.TV
envoyé par theatreETcinema.com
www.ILOVECINEMA.tv

Olivier bruaux redacteur en chef www.cinephoto.fr www.ilovecinema.frChers Visiteurs, que l’on aime ou non pas Les visiteurs sachez que ilovecinema.fr apprécie votre visite et vous remercie de votre fidélité. Rarement les dialogues d’un film auront sucité autant d’intérêt puisque cet article arrive en tête de notre palmarès "réplique de films" en nombre de...visiteurs. Bonne lecture et puisse Dieu nous préserver de la visite d’une deuxième suite inoportune voulue par des financiers gougniafiés dont le bronzage couche numero 3 commencerait à s’estomper... Les visiteurs Jean Reno, Christian Clavier Le Duc de Pouille : Du vin, servante, que j’pisse à foison !

Dialogues compilés par Thibault Lebert et Olivier Bruaux.

Godefroy : Morte couille ! Regardez le château , il enfle comme un gardon. Il porte un coiffu ! Serviteur : Messire Godefroy , vous n’êtes pas bien ? Godefroy :(Hallucinations) Qu’est ce donc cette diablerie ?

Jacquouille :Ne buvez pas messire , c’est une folie , vous aller vous transformer en boue , en chauve souris ou en cul de nonne ! Godefroy : Bois , je verrai bien si tu te transformes en cul de nonne !

Jacquouille : Pouah ! Ca puire !

Jacquouille : (effrayé) Aahh ! Messire ! Un Sarrasin . Messire , un Sarrasin dans une chariotte du diable. C’est tout ferré , y a point de boeuf pour tirer

Jacquouille : Ca puire ici on peut pus respirer , on va crever ! Godefroy : (humant) Je hume de la bonne pitance

Ginette : Eh ! Dis donc , c’est Mardi Gras ? Vous êtes habillés comme au carnaval ! Godefroy : Silence , la gueuse ! prends ça et vas ton chemin !

Godefroy : Oh là l’aubergiste que t’espanouilles ? Tu frappes une femelle ! Employé : Qu’est ce qu’ils me veulent les deux forains ? C’est pas un rendez vous pouilleux ici , barrez vous ! Employé : Jean Claude , Appelle les flics ! Y a les 2 clochards qui emmerdent encore Roger ! directeur du restaurant : Aboule , toi le Motard , mains sur la tète !

Jacquouille : Merci la gueuse , tu es un laideron , mais tu es bien bonne ! Ginette : T’as pas vu ton pif !! Quand tu te mouches t’as pas l’impression de serrer la main à un pote ?

Jacquouille : Elle est gouleyante cette vinasse , quoi qu’un peu clairée !

Jacquouille : Jacquouille La Fripouille , votre humble serviteur , vous me reconnaissois ? Beatrice : Non , je vous reconnaissois pas !

Jacquouille : Je ne suis pas une mule , mille quenouilles !

Jacquouille : J’appartiens au comte depuis que j’ai que 2 dents ! Messire veut de la souplette ! Medecin : Eh ! Attendez ! Si vous en allez ! Vous prenez ses défroques avec , parce que ça sent le bouc ici , c’est une infection !

Jean-Pierre : Mais , qui est amnésique ? Ton cousin Hubert ? Ou l’autre PUTOIS là ?

Jean-Pierre : Ah ! Il pue des pieds c’est une infection , on peut pas rester une minute de plus à l’intérieur !

Jacquouille : Ah , vous estes cousin Hubert ! Ah noble cousin Hubert ! Jean-Pierre : Il m’appelle cousin Hubert maintenant . Il m’a l’air plus siphonné que l’autre

Jean-Pierre : Ces deux gougnafiers. Ils pataugent dans la cuvette des chiottes.

Jacquouille et Godefroy : Et on lui pèlera le jonc comme au bailli du limousin , qu’on a pendu un beau matin, qu’on a pendu avec ses tripes ! Godefroy : Ou sont les poulardes j’ai faim ... où sont les veaux , les rôtis , les saucisses ... où sont les cerfs qu’on ripaille à plein ventre ... quelques cygnes blancs bien poivrés ! Ces amuse-bouches m’ont mis en appétit ! Jean-Pierre : Vous avez encore faim ! Après ce que vous vous êtes goinfrés !

Béatrice : Monsieur Ouille , pas avec votre ponchooooo !
Jacquard : Quel dégueulasse ! Il me lance la serpillière sur ma veste en Lin !
Beatrice : Mr Ouille , faites attention à la veste de Mr Jacquard c’est du jars !


Les Mythomanes (english subtitles)
envoyé par www.ilovecinema.tv. - Devenez un mythomane et participez au film.

Mr Jacquard , je vous présente Cousin Hubert qu’on croyait .. mort !
Jacquard :Ah ! Dis donc ! Vous êtes pratiquement le sosie en moins bouffi de Godefroy le Hardi dont j’ai le portrait au château
Godefroy : Ce nez , ce regard biaiseux ! Tu es le petit fillot de la fripouille !

Jacquard : Si il est pas capable de comprendre qu’il vaut mieux s’appeler Jacquard que Jacquouille , ben qu’il prenne de la Juvamine

Beatrice : Tu es né en 1076 et moi je suis la reine d’Angleterre , Okay !
Jacquouille : Okay !

Beatrice : Regarde le Hardi , un gros prétentiard qui devait puer de la gueule comme tu vois qui je veux dire quoi !

Beatrice : Attendez , regardez le toit de la voiture , on dirait un chou fleur !

Jacquouille : (à l’hotel) Le Tortichier est mort ... C’est point luminé. C’est de la merdasse !

Jacquouille : Regardez messire , ils vous ont fait une gueule violacée de pochetroné !
Godefroy : Quoi c’est moi ça ? C’est un vieillard sénile !

Godefroy : que fait ton mari cul nul ! on lui frotte le fessard !

Jean-Pierre : j’en ai marre ! qu’on me reluque le cul !
Beatrice : Jean pierre ! Tu deviens parano personne ne regarde

Bernay : Votre cousin de Montmirail , il serait pas un peu tsouin tsouin ?
Jacquard : Moi , je vous demande pas si votre père pue du cul , ou si votre mère se pochetrone en cachette , espèce de pignouf !

Ginette : Tu t’es pas fait mal mon pépère ? Je l’ai pas encore en main c’te chiotte !

Ginette : Y a tellement de poches dans ce sac , on pourrait chier dedans !

Jacquouille : Y a point de pourrissement qui résiste : avec la pâte à dents ! c’est du diamant !

Beatrice : J’en ai ras le bol , je ne te crois pas ! merde ! putain ! chiotte !

Un Serviteur : Il ronchit dans des habits de bouffon ...Eh , bien Fripouille , tu t’es espongé dans la vinasse !
Jacquard : Qu’est ce que c’est que ce bin’s !

photos critiquephotos critiquephotos critique


Les Trente Millions de Gladiator, E. Labiche
www.TheatreETcinema.com.
Jusqu’en mars 2011 au Théâtre du Nord Ouest, Paris

SALOME d’Oscar Wilde
in Paris par www.theatreETcinema.com

Répondre à cet article



photos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquesphotos critiquephotos critique
Cliquez sur les affiches pour les photos & critiques