I love cinema

Accueil du site > Répliques cultes de films > Répliques cultes de Michel Audiard (dialogues)

Répliques cultes de Michel Audiard (dialogues)

vendredi 16 novembre 2007, par Olivier Bruaux


Voir en ligne : www.ilovecinema.Tv, stars, interviews, news, cinema & films

Listen to Radio Cinema on your tablet or cell phone / Ecoutez Radio Cinéma :

http://listen.radionomy.com/radiocinema.m3u

© www.theatreetcinema.fr

« Dans la vie, il faut toujours se fier aux apparences. Quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canard, c’est un canard. C’est vrai aussi pour les petits merdeux. » (Les vieux de la vieille, 1960)

« Si t’as pas de grand-père banquier, veux-tu m’ dire à quoi ça sert d’être juif » Audiard dans un film

« Entre nous, Dabe, une supposition... Hein, je dis bien une supposition, que j’ai un graveur, du papier, et que j’imprime pour un million de biftons. En admettant, toujours une supposition, qu’on soit cinq sur l’affaire, ça rapporterait, net, combien à chacun ?
- Vingt ans de placard. Entre truands, les bénéfices ça se partage, la réclusion, ça s’additionne. » (Le cave se rebiffe, 1961)

« Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. » Les tontons flingueurs

« Les ordres sont les suivants : on courtise, on séduit, on enlève et en cas d’urgence…on épouse. » Les barbouzes

« Un pigeon, c’est plus con qu’un dauphin, d’accord…mais ça vole. » Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages

« Mais pourquoi j’m’énerverais ? Monsieur joue les lointains ! D’ailleurs je peux très bien lui claquer la gueule sans m’énerver ! » Le cave se rebiffe

« Quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner. » Le Pacha

« La justice c’est comme la Sainte Vierge. Si on la voit pas de temps en temps, le doute s’installe. » Pile ou face3. « Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, ceux de 60 kilos les écoutent. » 100 000 dollars au soleil

« La tête dure et la fesse molle…le contraire de ce que j’aime. » Comment réussir quand on est con et pleurnichard

« Si la connerie n’est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille. » Un singe en hiver

« Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche. » Un taxi pour Tobrouk

« Vous savez quelle différence il y’a entre un con et un voleur ? Un voleur de temps en temps ça se repose. » Le guignolo

« Dans la vie, il faut toujours être gentil avec les femmes…même avec la sienne. » Série Noire

« Je suis pas contre les excuses…je suis même prêt à en recevoir. » Les grandes familles

« Il vaut mieux s’en aller la tête basse que les pieds devant. » Archimède le clochard

« Quand on a pas de bonne pour garder ses chiards, eh bien on en fait pas. » Mélodie en sous-sol

« Plus t’as de pognon, moins t’as de principes. L’oseille c’est la gangrène de l’âme. » Des pissenlits par la racine

« Deux milliards d’impôts ? J’appelle plus ça du budget, j’appelle ça de l’attaque à main armée. » La chasse à l’homme

« Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot…C’est dire si, dans ma vie, j’en ai entendu, des conneries. » Un idiot à Paris

« Le flinguer, comme ça, de sang froid, sans être tout à fait de l’assassinat, y’aurait quand même comme un cousinage. » Ne nous fâchons pas

« A travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d’emmerdeurs est le seul qui n’ait jamais baissé. » Une veuve en or

« Si vous allez aussi vite que je vous emmerde, pour une fois vous serez en avance sur l’horaire. » (Les vieux de la vieille, 1960)

« J’ai bon caractère mais j’ai le glaive vengeur et le bras séculier. L’aigle va fondre sur la vieille buse.
- C’est chouette ça, comme métaphore.
- C’est pas une métaphore, c’est une périphrase.
- Oh fait pas chier !
- Ça, c’est une métaphore. » (Faut pas prendre les enfants du bon Dieu...)

« - Écoute ma bonne Suzanne. Tu es une épouse modèle.
- Oh...
- Mais si, t’as que des qualités et physiquement, t’es restée comme je pouvais l’espérer. C’est le bonheur rangé dans une armoire. Et tu vois, même si c’était à refaire, je crois que je t’épouserai de nouveau. Mais tu m’emmerdes.
- Albert !
- Tu m’emmerdes gentiment, affectueusement, avec amour mais tu m’emmerdes. » (Un singe en hiver, 1962)

« Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon. » (100 000 dollars au soleil)

« Patricia, mon petit, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu et encore moins grossier... L’homme de la pampa parfois rude, reste toujours courtois... Mais la vérité m’oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menu ! » (Les tontons flingueurs, 1963)

« Si le crédit n’existait pas, y’a longtemps qu’l’Afrique serait morte ! » (100 000 dollars au soleil)
- Filmographie de Michel Audiard

Répondre à cet article



photos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquephotos critiquesphotos critiquephotos critique
Cliquez sur les affiches pour les photos & critiques